Argument …

Enjeux du développement à l’adolescence et évolutions sociales

 La difficulté du travail de transformation personnelle et d’appropriation du monde que requiert aujourd’hui le « devenir adulte » semble étroitement liée à l’allongement de la période de l’adolescence dans les sociétés occidentales. La « complexité » (E. Morin) résultant de la segmentation croissante des savoirs, de l’accélération des évolutions techniques, de la crise de crédibilité des pouvoirs publics face à la globalisation des dérégulations induites par le capitalisme financier, génère un sentiment généralisé d’insécurité et une perte de confiance dans l’avenir. Un nombre croissant d’adolescents et de jeunes oscillent entre une perte de repères, un désinvestissement des voies traditionnelles d’accès au statut adulte, la recherche d’alternatives susceptibles de restaurer l’espoir d’une vie répondant à leurs aspirations de liberté et de désaliénation et, parfois, les agrippements identitaires potentiellement violents.

Les réponses qui devraient être apportées à une problématique aussi large devraient également impliquer les services administratifs et les personnels politiques, le monde de l’entreprise, le secteur de la culture, les associations sportives … à côté des secteurs de l’enseignement, de la santé, des services sociaux, de l’aide et de la protection de la jeunesse, des dispositifs de formation et d’aide à l’emploi. Pour être à la hauteur des enjeux, la réflexion de tous ces professionnels et institutions devrait pouvoir s’appuyer sur une mise en communication de champs de savoir dont les cloisonnements font obstacle à l’émergence d’un projet de société soutenant une authentique appropriation par les adolescents et les jeunes du monde où ils devraient prendre place. Mise en communication, articulation, qui reste cependant vigilante à éviter l’homogénéisation et l’effacement des différences des logiques et des conditions de créativité propres à chacun de ces champs.